If not us, then who?

Ah, New Year’s resolutions! We wake up on January 1 convinced that this could be the year things will truly be different: we’ll drink less, eat healthier, get organized, spend more time volunteering to help others instead of scrolling through our Facebook feed…and we do manage to accomplish those things—at least for a few weeks.

IMG_20160207_173248

Then mid-February arrives. Miserably cold, with certain days resembling life in Hobbes’ Leviathan: solitary, poor, nasty, brutish and short. Coming up with “one act of gratitude, generosity or solidarity—sometimes all three—every day of 2016” feels like a bigger challenge than it did six weeks ago.

I spotted this mural (pictured right) outside Point Éphémère while strolling along the Canal St. Martin last week. The eponymous question (often followed by, “If not now, when?”) is one often borrowed by politicians—incorrectly attributed to Robert F. Kennedy and lifted by the speechwriters of everyone from Ronald Reagan to Barack Obama—to rally their troops.

In this case, it refers to an exhibition bringing together more than 20 organisations and partners from the Amazon and Congo basins, Central America and Asia to “highlight the role indigenous peoples play in protecting the world’s forests”; a global roadshow of sorts that culminated with the COP21 in Paris.

Their website reiterates one of our favorite mottos: “Protecting our planet is not only about politics and policies, it’s about people taking ownership and taking action, no matter how small.”

On this dreary February afternoon, I’m grateful to be reminded that these little steps do matter. We’re counting on you to keep your eyes and hearts open to them.

Incidentally, the mural on the left refers to Dog Life Project. Born in Marseille in 2012, the community effort assists homeless people by fostering community ties, organizing clothing collections and raising funds and awareness.

 

Si ce n’est pas nous, qui le fera ?

Ah, ces résolutions du nouvel an ! On se réveille le premier janvier, convaincu que l’année est enfin venue où les choses changeront pour de bon : l’année où l’on boira moins, où l’on mangera mieux, où l’on s’organisera plus efficacement, où l’on passera davantage de temps à aider les gens que sur son mur Facebook…

Et ça marche – au moins quelques semaines.

Puis février arrive. Triste et froid, avec ces journées comme sorties du Léviathan de Hobbes : solitaires, misérables, dangereuses, courtes… Du coup, continuer à dénicher « un acte de gratitude, de générosité ou de solidarité – voire les trois à la fois – pour chaque jour de l’année » finit par devenir un bien plus gros challenge qu’on l’imaginait.

J’ai remarqué cette peinture murale (illustration de droite) à l’extérieur du Point éphémère en me baladant le long du canal Saint-Martin la semaine dernière.

La question éponyme, généralement suivie du fameux « Si pas maintenant, quand ? » et faussement attribuée à Bobby Kennedy ou reprise par les auteurs de discours, de Reagan à Obama, sert souvent à galvaniser des militants politiques. Dans le cas présent, elle se réfère plutôt une exposition fédérant plus d’une vingtaine d’organisations originaires d’Amazonie, du bassin du Congo, d’Amérique centrale et d’Asie tentant de « mettre en lumière le rôle des peuples autochtones dans la protection des forêts » et promouvoir leur travail et leurs messages au pavillon autochtone sur le site de la COP21 » (l’exposition a été montrée dans quatre pays avant la conférence de Paris.

Leur site Web reprend d’ailleurs l’une de nos devises préférées : « Protéger la planète n’est pas qu’une affaire de politique ; c’est d’abord l’affaire d’individus prenant conscience et passant à l’action, quel qu’en soit le niveau ».

En ce morne après-midi de février, je suis heureuse de me voir rappeler à quel point ces petites actions servent vraiment à quelque chose. Et nous comptons sur vous pour garder vos yeux et vos cœurs à l’affût…

Incidemment, la peinture murale de gauche évoque le « Dog Life Project », un projet initié à Marseille en 2012 et visant à aider les SDF et à stimuler le lien social en organisant des collectes de fonds et de vêtements.

Advertisements

Bonjour, solidarity!

I’ve never been much for New Year’s resolutions, and I may also be the only one I know who has never managed to commit to blog keeping. But the year we’ve just bid farewell, marked by so much suffering, feels like a call to action for so many of us. Globalized society is facing a brick wall. 2015 sent a clear message: “Change now or remain in a spiral of fear and disillusion.”

The bad news is that no one is coming to save us. The good news is that all we have to do is wake up, dismantle the walls between us, and commit to true evolution. Politicians and the power-hungry are not likely to uncover the exit strategy. But maybe by turning our backs on old standbys such as apathy and cynicism, we can feel our own way out.

About a month after the November 13 terror attacks in the city both of us adopted more than a decade ago, Danielle and I were fortunate to attend a talk by author and spiritual teacher Marianne Williamson, just around the corner from the café terraces where so many innocents died. Williamson began by evoking the September 11 attacks in my hometown: “When the heart breaks, it also expands, and miracles can happen.” Anyone living in New York in autumn 2001 remembers the feeling of immense possibility and hope that followed the horror, grief and mourning; the sense that we as a people could choose to respond to tragedy with thoughtfulness and generosity of spirit instead of anger, blame and more violence. As a city, I believe we did. But we made the mistake of believing that geopolitics were beyond our scope, and fateful decisions were made that brought us yet more war and senseless death.

Plus ça change, plus c’est la même chose (The more things change, the more they stay the same), wrote French critic Jean-Baptiste Alphonse Karr in 1849. It’s natural to rely on old proverbs to try to make sense of savage, inexplicable acts and events: human trafficking, drowned Syrian babies washing up on Mediterranean shores, rampant racism on the streets of America. All part of the tragic human tapestry, yet somehow, we seem to imply, inevitable. What if we refused to accept that this were so?

William Butler Yeats was describing post-WWI Europe when he wrote The Second Coming, yet he may has well have been talking about Raqqa, Kabul, Bamako, Paris, Mosul, Beirut or San Bernadino:

Things fall apart; the centre cannot hold;
Mere anarchy is loosed upon the world,
The blood-dimmed tide is loosed, and everywhere
The ceremony of innocence is drowned;
The best lack all conviction, while the worst   
Are full of passionate intensity. 

The best among us eschew hate and yet we mostly manage to love only half-heartedly, or to love only certain people some of the time. If we decide to adopt devotion to solidarity with the same passion politicians use to sow division and terrorists to spread hatred, 2016 could be the year an advanced civilization based on égalité, fraternité and liberté for all finally comes into being.

They want to kill the human being in us but all they've done is reinforce our humanity

“They want to kill the human being in us but all they’ve done is reinforce our humanity.”

In an essay for The Nation’s 150th anniversary issue last spring, Toni Morrison wrote:

“I know the world is bruised and bleeding, and though it is important not to ignore its pain, it is also critical to refuse to succumb to its malevolence. Like failure, chaos contains information that can lead to knowledge—even wisdom. Like art.”

Inspired by this belief, we attempt to bring you one act of gratitude, generosity or solidarity—sometimes all three—every day of 2016. Dani’s photos will be accompanied by a few of my words and sometimes vice versa. We both believe that the places we elect to give our attention become bigger and stronger; things we think about become what we are.

The world has always been a complicated place. We hope that by focusing on these simple acts of beauty, we might be able to make it feel a little bit less so.

Christine Buckley and Danielle Voirin

1 January, 2016

Paris, France

(Version française traduit par Céline Curiol)

Je n’ai jamais été vraiment en faveur des résolutions du nouvel An et je suis peut-être la seule personne que je connaisse qui n’ait jamais réussi à tenir un blog. Mais l’année qui vient de prendre fin fut si douloureuse qu’elle a donné à nombre d’entre nous le sentiment de devoir agir. La société mondialisée est face à un mur. Le message de l’année 2015 fut clair : “Le changemet maintenant ou le cercle vicieux de la peur et de la désillusion.”

La mauvaise nouvelle est que personne ne va venir nous sauver. La bonne nouvelle est que nous pouvons tous nous réveiller, faire tomber les murs qui nous séparent et nous engager à évoluer pour de bon. Il y a peu de chances que les politiciens et les personnes avides de pouvoir fassent le travail à notre place. Mais peut-être en refusant nos vieilles astuces tels que l’apathie et le cynisme, pourrons-nous trouver nous-même un moyen de nous en sortir.

Un mois environ après les attaques terroristes du 13 novembre dans la ville qui est devenue la nôtre, Danielle et moi avons eu la chance d’assister à la conférence de l’auteure et guide spirituelle Marianne Williamson, non loin des terrasses de cafés où tant d’innocents avaient été tués. Williamson commença par évoquer les attaques du 11 septembre dans ma ville d’origine : “Lorsque le coeur se brise, il grandit aussi et des miracles peuvent alors se produire”. Toute personne ayant vécu à New-York à l’automne 2001 se souviendra du sentiment d’espoir et de possibilités multiples qui fut éprouvé après la souffrance et le deuil, l’impression que nous pouvions, en tant que peuple, choisir de répondre à la tragédie par la réflexion et la générosité d’esprit au lieu d’aller vers la colère, la haine et plus de violence. A l’échelle de New-York, je pense que c’est ce que nous avons fait. Mais nous avons fait l’erreur de croire que la géopolitique était au-delà de notre portée et des décisions irréversibles ont été prises qui ont alimenté de nouvelles guerres et provoqué d’autres morts incensées.

Plus ça change, plus c’est la même chose, écrivit le critique français Alphonse Karr en 1849. Il est normal d’avoir recours à de vieux proverbes pour tenter de donner sens à des actes et des événements barbares et inexplicables : le trafic des êtres humains, des bébés syriens morts noyés se retrouvant sur les plages de la Méditerranée, un racisme omniprésent à travers les Etats-Unis. Tous font partie du patchwork de la tragédie humaine et pourtant nous semblons les considérer comme inévitables. Que se passerait-il si nous refusions d’accepter qu’il en soit ainsi ?

Dans La Seconde venue, William Butler Yeats décrivait l’Europe après la Seconde Guerre mondiale, mais sa description pourrait être celle de Rakka, Kaboul, Bamako, Paris, Mossoul, Beyrouth ou San Bernardino :

Tout se disloque. Le centre ne peut tenir.
L’anarchie se déchaîne sur le monde
Comme une mer noircie de sang : partout
On noie les saints élans de l’innocence.
Les meilleurs ne croient plus à rien, les pires
Se gonflent de l’ardeur des passions mauvaises.

Les meilleurs parmi nous s’affranchissent de la haine et néanmoins, nous n’aimons souvent qu’à moitié ou n’aimons que certaines personnes à certains moments. Si nous décidions de nous dévouer à la solidarité avec la même ferveur qu’utilisent les politiciens pour créer des divisions ou les terroristes pour propager la violence, une civilisation développée, fondée sur l’égalité, la fraternité et la liberté, pourrait enfin voir vraiment le jour en 2016.

Dans un essai rédigé à l’occasion du 150ème anniversaire de la revue The Nation, Toni Morrison écrivit :

“Je sais que le monde est plein de bleus et de bosses, et bien qu’il soit important de ne pas ignorer sa souffrance, il est aussi essentiel de refuser de céder à la malveillance. Tout comme l’échec, le chaos est source d’informations qui peuvent produire la connaissance – la sagesse même. Tout comme l’art.”

Inspirées pas ces propos, nous voulons vous montrer un acte de gratitude, de générosité ou de solidarité – parfois les trois – chaque jour de l’année 2016. Les photos de Dani seront accompagnées par mes mots ou parfois l’inverse. Nous croyons toutes les deux que les endroits où nous portons notre attention deviennent plus vastes et plus solides. Les choses auxquelles nous pensons deviennent ce que nous sommes.

Le monde n’a jamais cessé d’être complexe. Nous espérons qu’en nous concentrant sur ces actes simples et touchants, nous pourrons peut-être le rendre un peu moins difficile.

Christine Buckley et Danielle Voirin

Extrait de La Seconde venue (The Second Coming, 1919) de Yeats traduit par Yves Bonnefoy ©Anthologie bilingue de la poésie anglaise, La Pléiade, 2005

Save